category-image

What is Armagnac

Qu'est-ce que l'Armagnac ?

Qu'est-ce que l'Armagnac ?

photo copyright par L'Encantada

Qu'est-ce que l'Armagnac? Sur cette page, vous lirez TOUT sur l'Armagnac.

Pour ceux qui ne connaissent pas, l'Armagnac est un type d'eau-de-vie originaire de la région de l'Armagnac en Gascogne, située au cœur du sud-ouest de la France. En tant qu'amateurs de boissons françaises de qualité, nous pouvons vous dire que l'Armagnac est la première eau-de-vie de France et qu'elle est réputée pour ses arômes complexes et sa longue finale, adorée par les vrais connaisseurs.

  1. De quoi est fait l'Armagnac ?
  2. Région de l'Armagnac
  3. Zones de croissance de l'Armagnac
  4. Armagnac et Cognac
  5. Histoire de l'Armagnac
  6. Processus de production
  7. Additifs dans l'Armagnac
  8. Catégories d'âge de l'Armagnac
  9. Le goût de l'Armagnac
  10. Les Armagnacs dans notre boutique
  11. Liquides à base d'Armagnac
  12. Cocktails à l'Armagnac et boissons mélangées
  13. Avec quoi l'Armagnac se marie-t-il ?
  14. FAQ

L'Armagnac est souvent comparé au Cognac, son plus proche parent, mais les deux sont très différents en termes de type de sol, de climat, de raisins, de méthodes de distillation, de techniques de vieillissement et de goût. L'histoire de l'Armagnac remonte à l'époque romaine, lorsque la région était habitée par diverses tribus conquises par les Romains. L'un des soldats, Hermann, reçut un grand terrain dans la région en récompense de sa bravoure. Le territoire fut ensuite nommé Hermanius, abrégé en Arminius, puis, au fil du temps, Armagnac.

Aujourd'hui, la région de l'Armagnac est une région agricole pittoresque, célèbre pour sa production d'eau-de-vie de grande qualité, entre autres. Les habitants de la région sont étroitement liés à la terre et dépendent de ses produits pour leur subsistance. Bien que de nombreux petits producteurs indépendants ne vendent leurs produits que dans leurs domaines et n'exportent pas, ils constituent l'épine dorsale de la région de l'Armagnac et lui confèrent son âme unique.

Chez BonjourDrinks, nous pensons que l'Armagnac est l' une des plus belles eaux-de-vie du monde et nous sommes fiers de proposer une large gamme d'Armagnacs pour les amateurs de spiritueux fins.

Nous nous engageons à donner à ces petits producteurs indépendants une voix sur un marché souvent dominé par des produits commerciaux médiocres qui ne font rien pour améliorer l'image de l'Armagnac.

photo copyright par L'Encantada

De quoi est fait l'Armagnac ?

Historiquement, l'Armagnac a utilisé une combinaison de raisins plus large que le Cognac.

Les vignes et les raisins

En nous aventurant sur le terrain de l'Armagnac, nous découvrons que le caractère unique de cette eau-de-vie réside dans ses cépages. Contrairement au Cognac, où l'Ugni Blanc neutre domine, les cépages de l'Armagnac produisent une large gamme de goûts et de textures.

La pratique de l'utilisation de différents cépages a évolué pendant plus de quatre siècles et reste un aspect essentiel du caractère de l'Armagnac.

Vers 1600, les vignobles étaient principalement plantés de Piquepoult, également connu sous le nom de Folle Blanche. C'était le raisin de base de l'Armagnac jusqu'à l'époque du phylloxéra.

Les agriculteurs préfèrent alors des cépages comme l'Ugni Blanc, le Colombard et la Plante de Grèce, moins sensibles aux maladies. Plus tard, le Baco a été introduit, révolutionnant les vignobles et devenant la coqueluche des agriculteurs.


Le Baco est un cépage intéressant, hybride de la Folle Blanche et de la Noah. Il a été développé comme un raisin rustique à la suite de la dévastation des vignobles européens après la crise du phylloxéra au XIXe siècle et a été nommé d'après son créateur, François Baco. C'est le seul raisin hybride autorisé à être utilisé dans la production d'Armagnac.

Ces dernières années, l'Ugni Blanc a dépassé le Baco en termes de popularité. Son prix plus élevé auprès des négociants y contribue, car il peut être utilisé pour les vins de table et la distillation. Les raisins utilisés pour l'Armagnac mûrissent à des moments différents, mais pour des raisons financières, ils sont généralement cueillis et fermentés ensemble. Certains producteurs peuvent se permettre de récolter, de fermenter et de distiller leurs cépages séparément.

La Folle Blanche est généralement introduite en premier, suivie du Baco et de l'Ugni Blanc. Le rendement moyen d'une vigne d'Armagnac en bonne santé est de 100 à 120 hectolitres par hectare, mais seuls 90 hectolitres peuvent être distillés. Le reste doit être vendu sous forme de jus de raisin ou de moût.

L'acidité des raisins d'Armagnac est généralement élevée et leur degré alcoolique varie entre 8 et 11°. Les meilleurs Armagnacs sont issus de vins ayant respiré sur les lies. L'acidité, le faible degré d'alcool et l'acidité élevée des vins les rendent idéaux pour la distillation continue, mais les alambics charentais et les alambics modernes peuvent distiller des degrés d'alcool plus élevés. Quatre cépages, dont l'ugni blanc et le colombard, sont couramment utilisés pour la distillation continue.

Actuellement, dix cépages sont autorisés pour la distillation de l'Armagnac. Bien qu'ils ne conviennent pas pour les vins de table, ils sont idéaux pour la distillation continue.

En admirant les paysages de l'Armagnac, on se rend compte que ses cépages sont les éléments essentiels qui créent le caractère riche et complexe de l'eau-de-vie.

D'autres cépages sont également autorisés, soit 10 types au total. Bien que rarement utilisé aujourd'hui, l'Armagnac peut également être produit à partir de.. :

  • Plant de Graisse
  • Meslier Saint François
  • Clairette de Gascogne
  • Jurançon Blanc
  • Mauzac Blanc
  • Mauzac Rosé

Seuls quelques cépages sont autorisés pour la production d'Armagnac. Le plus utilisé est l'Ugni Blanc, qui occupe 75% du vignoble armagnacais, suivi d'un cépage hybride, le Baco, souvent sélectionné pour sa résistance et sa productivité. Plus rares et plus fragiles, le Colombard et la Folle Blanche sont utilisés en minorité. Ces raisins ont une forte acidité et une faible teneur en sucre, ce qui les rend idéaux pour créer une eau-de-vie à la saveur complexe.

Région de l'Armagnac

Une région riche en traditions : La Gascogne, patrie de l'Armagnac

L'Armagnac est produit en Gascogne, une région réputée pour ses spécialités d'oie et de canard et qui, comme de nombreuses régions de France, est fière de son mode de vie saisonnier et de son mode de subsistance. Rassurez-vous, où que vous passiez en Gascogne, vous pouvez être sûr de trouver au menu une oie, un canard et de l'Armagnac.

Régie par des règles d'appellation, la région de l'Armagnac comprend le Bas-Armagnac, l'Armagnac-Ténarèze et le Haut-Armagnac, tels qu'ils ont été définis en 1909. Plus récemment, la Blanche d'Armagnac autorise désormais la production et l'exportation de spiritueux clairs et non vieillis.

LaGascogne est une région du sud-ouest de la France, située entre les Pyrénées et l'océan Atlantique. La région est connue pour sa production d'Armagnac, une sorte d'eau-de-vie élaborée à partir d'un mélange de vins blancs. Le meilleur Armagnac provient de la partie orientale de la région, près de la ville de Condom.

Ici, la combinaison du climat chaud et du sol de la région crée les conditions parfaites pour la production de l'eau-de-vie. Le sol de la Gascogne est composé de calcaire, d'argile et de sable, et le climat est généralement chaud et ensoleillé, avec beaucoup de pluie pendant les mois d'hiver. Cette combinaison de sol et de climat contribue à créer les conditions idéales pour les raisins blancs utilisés dans la production de l'Armagnac. La Gascogne est également connue pour ses collines ondulantes et ses forêts, qui constituent une toile de fond idéale pour le processus de production de l'Armagnac.

La région est également connue pour sa cuisine gasconne traditionnelle, qui met souvent en avant les viandes de gibier, telles que le canard, le chevreuil et certains gibiers à plumes. Tous ces éléments sont réunis pour créer un cadre idéal pour la production de l'Armagnac et, bien sûr, pour des visites de détente dans l'un des plus beaux sites de France.

Taylor sur la région de l'Armagnac et l'Aurian A25

Les zones de croissance de l'Armagnac

En explorant la région de l'Armagnac, on constate le lien frappant entre le sol et les vignes qui y poussent. La région faisait autrefois partie d'un profond chenal qui coulait entre les Pyrénées et le Massif central, et qui s'est formé au cours de millions d'années alors que l'océan qui recouvrait le sud-ouest de la France s'est progressivement déplacé. Les vallées ont créé des crevasses qui se sont développées au gré des courants d'eau, et les débris immergés se sont progressivement transformés en couches d'argile au fur et à mesure que l'eau s'écoulait dans les vallées.

L'Armagnac possède différentes zones de croissance, comme le Cognac. L'Armagnac est divisé en trois zones : Le Bas-Armagnac, la Ténarèze et le Haut-Armagnac. Ces trois zones constituent un vignoble de 15 000 hectares (partagé avec l'IGP Côtes de Gascogne et l'AOP Floc de Gascogne, dont seulement 5300 hectares sont plantés exclusivement pour la production d'Armagnac).

Le Bas-Armagnac, une région de moindre altitude, est une zone relativement plate recouverte de sable et de sédiments marins, soufflés par les immenses forêts de pins environnantes. À mesure que l'on se dirige vers l'est, dans la Ténarèze, de légères collines commencent à briser les étendues plates et le sol devient plus dur avec des couches d'argile. Plus à l'est, dans le Haut-Armagnac, les terrains plats et les parcelles de sable sont rares, tandis que la teneur en calcaire de l'argile augmente.

Les grains minéraux et organiques de différentes tailles qui composent le sol jouent cinq rôles essentiels pour la vigne : support, éléments nutritifs, drainage de l'eau, réflexion du soleil et conservation de la chaleur la nuit. Le sable est un sol à gros grains qui draine rapidement l'eau, tandis que d'autres sols sont constitués de matériaux plus petits qui ont été comprimés au fil des ans, comme le gravier, le calcaire ou la craie, et drainent l'eau lentement, ce qui permet à la vigne de bénéficier d'une alimentation en eau régulière. L'argile contient les particules les plus minuscules de toutes et laisse peu de place au passage de l'eau, qui s'accumule sous terre dans des mares stagnantes.

Si la plupart des plantes prospèrent sur ce sol riche et argileux, il fournit rarement les matières premières nécessaires à la production de vins délicats. Au contraire, les vignes ont tendance à prospérer sur des terres rarement propices à d'autres plantations - certains disent que les vignes doivent en souffrir. Les différents sols retiennent plus ou moins la chaleur, les sols comprimés comme l'argile ayant tendance à rester plus frais et à produire des raisins à maturité tardive. Le sable, en revanche, a tendance à se réchauffer plus rapidement et à offrir aux racines un plus grand potentiel de croissance. Par temps froid, les vignes qui poussent sur le sable sont beaucoup plus sensibles aux gelées, comme on a pu le constater en 1997, lorsqu'au moins 60 % de la récolte de l'année a été perdue.

1. Bas-Armagnac

LeBas-Armagnac est la région la plus occidentale du vignoble armagnacais, située principalement dans le département des Landes. C'est le terroir le plus étendu, couvrant environ 3550 hectares (plantés en vignes), et il a été largement épargné par le phylloxéra grâce à ses sols sablonneux. Ces sols sont composés de sables purs, de boulbènes (petits morceaux de calcaire) et de sables fauves (sables de couleur fauve, riches en fer).

Les eaux-de-vie du Bas-Armagnac sont légères, fruitées et délicates. Elles présentent des arômes intenses de fruits frais et de notes florales, avec un goût légèrement tannique et un peu sucré. Les sols sablonneux apportent à la vigne une faible teneur en sucre et une forte acidité, ce qui permet d'obtenir une eau-de-vie élégante et équilibrée. Le Bas-Armagnac est la principale zone de production de l'Armagnac et jouit de la meilleure réputation.

Superficie : environ 3550 hectares

Caractéristiques : Forêts de pins, sols sablo-limoneux pauvres et acides

2. Armagnac-Ténarèze

L'Armagnac-Ténarèze est la région centrale du vignoble armagnacais, située entre le Bas-Armagnac et le Haut-Armagnac. C'est la plus récente des appellations, créée en 1993, et elle s'étend sur 1695 hectares de sols siliceux. Ce sol est composé de boulbènes et de terreforts(sols argilo-calcaires ) qui apportent à la vigne des éléments nutritifs supplémentaires et une meilleure rétention d'eau.

Les eaux-de-vie d'Armagnac-Ténarèze qui en résultent sont corsées et puissantes, avec des arômes intenses d'épices et de fruits secs. Elles nécessitent plusieurs décennies de vieillissement pour atteindre leur apogée. La particularité de cette région est que les eaux-de-vie sont capables de vieillir très longtemps, développant au fil des ans des saveurs complexes et intéressantes.

Superficie : environ 1695 hectares

Caractéristiques : Sol siliceux, argileux et calcaire

3. Haut-Armagnac

LeHaut-Armagnac est la région la plus méridionale du vignoble armagnacais, située le long de la limite orientale de la Ténarèze et de la limite méridionale du Bas-Armagnac. C'est la plus petite appellation de l'Armagnac en termes d'hectares plantés en vignes, avec 53 hectares (seulement). Il reste très peu de vignes car les parcelles plates et calcaires sont utilisées pour d'autres cultures telles que le blé, le soja ou le maïs irrigué. Les collines du Haut-Armagnac sont calcaires et argilo-calcaires, tandis que les vallées sont parfois couvertes de boulbènes.

Leseaux-de-vie du Haut-Armagnac se boivent jeunes. Elles se caractérisent par des arômes frais et fruités, avec une pointe d'épices, et un corps léger et onctueux. Les sols calcaires et argilo-calcaires, riches en minéraux, apportent à la vigne beaucoup d'éléments nutritifs et d'eau, ce qui lui permet de produire des vins plus riches en sucre et moins acides.

Superficie : 53 hectares

Caractéristiques : Calcaire, argilo-calcaire

Climat

Le climat de la région de l'Armagnac est influencé par deux phénomènes géographiques importants qui l'entourent :

L'océan Atlantique, à l'ouest, attire souvent des vents frais et des pluies qui assurent un climat tempéré. La masse d'air chaud qui remonte de la mer Méditerranée plane sur les terres plates près de Toulouse et traverse la Gascogne.

Le Bas-Armagnac reçoit plus de pluie que le reste de la région, principalement en raison de sa proximité avec l'océan. La région n'est généralement enneigée que quelques fois par décennie, et les pluies sont plus fréquentes pendant la saison hivernale relativement courte, toujours accompagnée d'un brouillard épais et abondant. Le printemps est long et humide, l'été chaud et humide, l'automne long et ensoleillé, et l'hiver pluvieux mais court.

Lesproducteurs d'armagnac sont nerveux pendant deux saisons de l'année, le printemps et l'été. En avril, des conditions prématurément chaudes peuvent provoquer le bourgeonnement des raisins, et si une gelée de printemps survient, des quantités considérables de bourgeons peuvent être dévastées, en particulier dans les sols sablonneux. À la fin de l'été, une tempête de grêle peut se produire, mettant en grave danger les raisins en cours de maturation. Cependant, la plupart des années, le climat est tempéré tout au long du printemps et de l'été, avec des conditions ensoleillées qui persistent jusqu'en septembre, ce qui garantit un ensoleillement important, l'ingrédient le plus important pour une maturation complète de la matière première de l'Armagnac.

Le sol et le climat de l'Armagnac jouent un rôle essentiel dans la production de la meilleure eau-de-vie. Les différents sols confèrent aux vignes des caractéristiques uniques, qui se traduisent par des saveurs et des arômes différents. Le climat, bien que tempéré, peut également constituer une menace importante pour les vignes. Toutefois, si les conditions sont favorables, on obtient des vins délicats qui sont ensuite distillés, vieillis et mis en bouteille pour être consommés et appréciés au maximum.

michel Carossio

bNIA

Quatre types de sols

En explorant les sols de la région de l'Armagnac, nous trouvons quatre types de sols distincts qui façonnent le caractère de l'eau-de-vie. Les caractéristiques précises des sols sont les suivantes :

Le Sablo-Limoneux, ou sol sablonneux, est un terroir très acide qui produit des raisins à forte acidité. Les vignes qui y sont cultivées produisent une eau-de-vie très ronde dans sa jeunesse, tout en faisant preuve de beaucoup de finesse. C'est l'un des types de sol du Bas-Armagnac.

Les SablesFauves donnent à ce terroir sa couleur fauve ou brun clair. Les raisins cultivés sur ces sables présentent beaucoup de souplesse dans leur jeunesse ainsi qu'une admirable finesse, à l'instar des sables moins ferrugineux. C'est aussi l'un des types de sol que l'on retrouve dans le Bas-Armagnac.

L'Argilo-Sablonneux ou Boulbènes, mélange de sable et d'argile, donne des raisins présentant une bonne acidité. Les traces d'argile de ce terroir rendent le sol un peu moins sensible au gel que le sable pur. Ce sol reste un peu plus frais que le sable, retient un peu plus l'eau et les Armagnacs issus des vignes cultivées ici s'expriment particulièrement bien après dix ans de vieillissement. C'est l'un des types de sol que l'on trouve en Ténarèze.

Les raisins cultivés sur Argilo-Calcaire, ou argile avec de petits morceaux de calcaire, présentent normalement une acidité plus faible que ceux cultivés sur le sable et restent légèrement fermes dans leur jeunesse. La nature poreuse du calcaire emmagasine l'eau de pluie et la restitue lentement à la végétation environnante, presque comme un système naturel d'irrigation. Les raisins atteignent des niveaux d'alcool légèrement plus élevés et les Armagnacs produits sur ce sol mettent une bonne quinzaine d'années à se développer, mais ils déclinent aussi très lentement. C'est l'un des types de sol que l'on trouve dans la Ténarèze armagnacaise.

La région de production du Haut Armagnac est constituée de sols à dominante calcaire.

Faits amusants sur l'Armagnac

  1. L'armagnac est la plus ancienne eau-de-vie distillée au monde, sa production étant attestée depuis le XVe siècle. L'eau-de-vie est élaborée à partir d'un mélange de vins blancs et vieillie en fûts de chêne, ce qui lui confère un profil aromatique complexe avec des notes de fumée, de noix, de fruits confits et d'épices, entre autres. Il peut s'agir d'une eau-de-vie mélangée ou d'une eau-de-vie à millésime unique.

  2. La région de l'Armagnac abrite le Château de Gaube, un château du 18e siècle. Situé sur les rives du Gave, il est réputé pour son architecture étonnante et ses magnifiques jardins. C'est également l'un des principaux sites de production de l'Armagnac, avec sa propre distillerie et ses chais de vieillissement.

  3. Le processus de production de l'Armagnac est étroitement réglementé et surveillé par le Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac (BNIA). Le BNIA est chargé de superviser le processus de production et de veiller à ce que le spiritueux réponde à certaines normes de qualité. Il est également responsable de la création des trois zones de croissance distinctes de l'Armagnac : Bas-Armagnac, Ténarèze et Haut-Armagnac. Chaque zone possède son propre ensemble de règlements et de directives pour la production d'Armagnac.

Armagnac vs Cognac

Les principales similitudes entre les deux eaux-de-vie françaises résident dans le fait que l'Armagnac et le Cognac sont tous deux élaborés à partir de raisins et vieillis en fûts de chêne. Toutefois, il existe également quelques différences significatives. L'Armagnac est généralement fabriqué à partir d'un mélange de raisins blancs, tandis que le Cognac est fabriqué à partir d'un mélange de raisins blancs et noirs. En outre, l'Armagnac peut être vieilli dans des fûts fabriqués à partir de différentes provenances de chêne, tandis que le Cognac est vieilli dans des fûts fabriqués à partir de chêne du Limousin et de chêne du Tronçais. Ce sont ces différences essentielles qui donnent à l'Armagnac sa saveur et son caractère distincts, qui le distinguent du Cognac.

La région de production et les processus de distillation de l'Armagnac diffèrent également de ceux du Cognac. Par exemple, l'un des aspects uniques de la production de l'Armagnac est l'utilisation d'un seul alambic continu au lieu de la double distillation utilisée dans la production du Cognac.

En outre, sur la base des types de sols décrits précédemment et des eaux-de-vie qu'ils produisent, il est intéressant de noter que les sols sablonneux et les sols calcaires donnent des résultats différents dans les régions de l'Armagnac et du Cognac. Le Bas-Armagnac est un sol sablonneux et constitue le terroir le plus réputé de l'Armagnac, tandis qu'à Cognac, les sols sablonneux se trouvent dans les crus Bons Bois et Bois Ordinaires, deux des crus les plus modestes de la région de Cognac.

En savoir plus sur le Cognac et la différence avec l'Armagnac.

Les principales différences entre l'Armagnac et le Cognac

SujetArmagnacCognac
RaisinsBacco, Folle Blanche, Ugni Blanc et ColombardPrincipalement Ugni Blanc, juste un peu Folle Blanche et Colombard
Le solSol sablonneux avec des températures chaudesSol calcaire avec des températures douces
DistillationDistillation simple à un faible degré (52%-60% ABV)Double distillation, d'abord entre 26% et 32% ABV, puis à 72%-78% ABV
VieillissementChêne du Limousin ou chêne local gasconChêne des forêts du Limousin et de Tronçais
Teneur en alcoolSouvent 46% à 48% ABVGénéralement réduit à 40 % ABV, il existe des Cognacs naturellement réduits ou des Cognacs au taux d'alcool de fût, mais c'est l'exception
Le millésimeAvec une date de millésimeAssez rare ; la plupart des cognacs sont des assemblages
Le cépageL'indication d'un seul cépage est courante, en particulier pour la Folle BlancheIl est rare qu'un cépage soit indiqué sur l'étiquette
NégociantUn grand négociant embouteille 25 000 caisses de 9 litres par anUn négociant comme Hennessy met en vente 8 millions de caisses de 9 litres par an (2018)
Producteur indépendant
Les meilleurs producteurs vendent souvent moins de 5 000 bouteilles par anLes petits négociants comme Delamain mettent en vente 100 000 bouteilles par an
Notoriété de la marqueL'Armagnac est beaucoup moins recherché sur Google que le Cognac Le Cognac est recherché 10 fois plus que l'Armagnac, et même 16 fois plus aux Etats-Unis
Consommation nationale et exportation45% de la production d'Armagnac est consommée en France. Seuls 55 % sont exportés.Seulement 2% de la production de Cognac reste en France. 98 % sont exportés.
Bouteilles vendues par an (2020)2,8 millions de bouteilles220 millions de bouteilles
Principaux pays importateursChine, États-Unis, Royaume-Uni, Russie, Allemagne, Espagne États-Unis, Chine, Singapour, Royaume-Uni, Lettonie, Afrique du Sud
Taille de la région totale en hectares15.000 hectares84.640 hectares
Total des vignobles AOC dans la région, à l'exclusion du vin de table5.300 hectares (AOC Armagnac & AOC Floc de Gascogne)
9.700 hectares (IGP Côtes de Gascogne)
83.140 hectares (AOC Cognac & AOC Pineau réunis)
1.500 hectares dédiés au Pineau des Charentes
Hectares de vignes avec des raisins destinés à la distillation (2022)5.300 hectares pour l'AOC Armagnac (destinés à la distillation)83.140 hectares pour l'AOC Cognac (destinés à la distillation)
Les zones de croissanceLe Bas-Armagnac ou Armagnac noir : 3.551 hectares (67%)
Haut Armagnac ou Armagnac blanc : 53 hectares (1%)
La Ténarèze 1696 hectares (32%)

Grande Champagne (34700 hectares au total, 14133 hectares plantés en vignes),
Petite Champagne (66000 hectares au total, 15796 hectares plantés en vignes),
Borderies (12540 hectares au total, 4157 hectares plantés en vignes)
Fins Bois (349803 hectares total, 33256 hectares plantés en vignes)
Bon Bois (372053 hectares total, 9976 hectares plantés en vignes)
Bois Ordinaires (260000 hectares total, 1247 hectares plantés en vignes)

SujetArmagnacCognac
RaisinsBacco, Folle Blanche, Ugni Blanc et ColombardPrincipalement Ugni Blanc, juste un peu Folle Blanche et Colombard
Le solSol sablonneux avec des températures chaudesSol calcaire avec des températures douces
DistillationDistillation simple à un faible degré (52%-60% ABV)Double distillation, d'abord entre 26% et 32% ABV, puis à 72%-78% ABV
VieillissementChêne du Limousin ou chêne local gasconChêne des forêts du Limousin et de Tronçais
Teneur en alcoolSouvent 46% à 48% ABVGénéralement réduit à 40 % ABV, il existe des Cognacs naturellement réduits ou des Cognacs au taux d'alcool de fût, mais c'est l'exception
Le millésimeAvec une date de millésimeAssez rare ; la plupart des cognacs sont des assemblages
Le cépageL'indication d'un seul cépage est courante, en particulier pour la Folle BlancheIl est rare qu'un cépage soit indiqué sur l'étiquette
NégociantUn grand négociant embouteille 25 000 caisses de 9 litres par anUn négociant comme Hennessy met en vente 8 millions de caisses de 9 litres par an (2018)
Producteur indépendant
Les meilleurs producteurs vendent souvent moins de 5 000 bouteilles par anLes petits négociants comme Delamain mettent en vente 100 000 bouteilles par an
Notoriété de la marqueL'Armagnac est beaucoup moins recherché sur Google que le Cognac Le Cognac est recherché 10 fois plus que l'Armagnac, et même 16 fois plus aux Etats-Unis
Consommation nationale et exportation45% de la production d'Armagnac est consommée en France. Seuls 55 % sont exportés.Seulement 2% de la production de Cognac reste en France. 98 % sont exportés.
Bouteilles vendues par an (2020)2,8 millions de bouteilles220 millions de bouteilles
Principaux pays importateursChine, États-Unis, Royaume-Uni, Russie, Allemagne, Espagne États-Unis, Chine, Singapour, Royaume-Uni, Lettonie, Afrique du Sud
Taille de la région totale en hectares15.000 hectares84.640 hectares
Total des vignobles AOC dans la région, à l'exclusion du vin de table5.300 hectares (AOC Armagnac & AOC Floc de Gascogne)
9.700 hectares (IGP Côtes de Gascogne)
83.140 hectares (AOC Cognac & AOC Pineau réunis)
1.500 hectares dédiés au Pineau des Charentes
Hectares de vignes avec des raisins destinés à la distillation (2022)5.300 hectares pour l'AOC Armagnac (destinés à la distillation)83.140 hectares pour l'AOC Cognac (destinés à la distillation)
Les zones de croissanceLe Bas-Armagnac ou Armagnac noir : 3.551 hectares (67%)
Haut Armagnac ou Armagnac blanc : 53 hectares (1%)
La Ténarèze 1696 hectares (32%)

Grande Champagne (34700 hectares au total, 14133 hectares plantés en vignes),
Petite Champagne (66000 hectares au total, 15796 hectares plantés en vignes),
Borderies (12540 hectares au total, 4157 hectares plantés en vignes)
Fins Bois (349803 hectares total, 33256 hectares plantés en vignes)
Bon Bois (372053 hectares total, 9976 hectares plantés en vignes)
Bois Ordinaires (260000 hectares total, 1247 hectares plantés en vignes)

Les points les plus importants à retenir pour comprendre les similitudes et les différences entre les deux eaux-de-vie sont les suivants :

  • Elles sont toutes deux des eaux-de-vie produites dans le sud-ouest de la France
  • Le Cognac est doublement distillé, l'Armagnac est mono-distillé
  • Le processus d'aération est souvent réalisé au cours de la maturation de l'Armagnac
  • La production deCognac est supérieure à celle de l'Armagnac (217 millions de bouteilles contre 6 millions de bouteilles en 2019).
  • Tous deux bénéficient d'une AOC et de leurs propres instances de contrôle
  • Le Cognac est présent dans le monde entier. L'Armagnac n'est pas très répandu en dehors de la France (nous y travaillons !)
  • L'Armagnac est généralement embouteillé et étiqueté en fonction de son année de récolte. Le cognac est plus souvent mélangé.
  • Il n'y a pas de grands producteurs d'Armagnac (du moins pas encore) - la plupart sont de petits producteurs artisanaux. Par rapport aux grands producteurs de cognac tels que Hennessy, Remy Martin ou Martell, il n'y a pas de grands producteurs d'armagnac (du moins pas encore).

Naturellement, l'armagnac et le cognac sont deux types d'eaux-de-vie françaises qui sont souvent comparées l'une à l'autre. Bien qu'il s'agisse de spiritueux de grande qualité, ils présentent plusieurs différences qui les distinguent l'un de l'autre. Les types de raisins utilisés pour leur production, la méthode de distillation et le processus de réduction varient tous entre les deux, ce qui donne des saveurs et des arômes uniques.

Il est essentiel que les consommateurs, en particulier les connaisseurs, reconnaissent ces différences et apprécient chaque spiritueux comme une entité distincte.

Lorsque l'on compare le goût de l'armagnac et du cognac, des différences significatives apparaissent :

L'armagnac, lorsqu'il est distillé une seule fois, a une texture plus riche - et parfois plus rustique - que le cognac doublement distillé. Les fruits de l'armagnac contiennent souvent des notes de prune, d'abricot et d'orange, alors que les fruits du cognac sont généralement plus légers et plus floraux. L'interaction avec le chêne donne à l'Armagnac des notes de caramel, de bourbon, de caramel et de poivre, tandis que l'interaction avec le Cognac donne beaucoup d'épices, mais aussi des notes d'herbes, de vapeur et de résine.

Les arômes du cognac sont subtils, mais pas toujours évidents, alors que l'armagnac traditionnel est plus aromatique en raison de sa teneur élevée en alcool. L'Armagnac contient souvent des arômes de terre et de fumée, tandis que l'alliance du Cognac avec le bois est plus équilibrée.

De nombreux armagnacs atteignent généralement leur apogée à partir de 15 ans d'âge, tandis que la courbe d'évolution du cognac est plus lente et atteint souvent son apogée vers 25 ans et plus. Il ne s'agit là que de généralisations ; de nombreux facteurs contribuent à déterminer le moment où un armagnac ou un cognac donné atteint son apogée.

Cognac et Armagnac

Lesarmagnacs et les cognacs de moins de dix ans d'âge ont tendance à être des produits très commercialisés qui ne doivent pas être considérés comme des exemples de l'ensemble de l'industrie de l'armagnac et du cognac. De nombreux producteurs et négociants hésitent à demander à des journalistes ou à des connaisseurs de goûter ces produits, car ils ne sont pas considérés comme des produits "sérieux" destinés à des palais exigeants.

Pourtant, ces spiritueux représentent plus de 90 % de l'ensemble du marché et il est difficile de les différencier des saveurs pures qui se dégagent après une période de vieillissement plus longue. Les armagnacs et les cognacs âgés d'une dizaine d'années sont le minimum requis pour distinguer plus facilement les pures différences de goût entre les deux spiritueux.

Lesraisins jouent un rôle essentiel dans la détermination de la texture et du goût final d'une eau-de-vie. Les armagnacs élaborés à partir de Baco ont tendance à être plus riches que ceux élaborés à partir d'Ugni Blanc, tandis que ceux élaborés à partir de Folle Blanche ont tendance à être plus fins. Les cognacs, fabriqués principalement à partir de l'Ugni Blanc, sont plus faciles à caractériser.

Le sol joue également un rôle dans certains armagnacs et cognacs, de même que la qualité du chêne dans lequel l'eau-de-vie a été élevée. Les facteurs sont vraiment nombreux.

Lesarmagnacs distillés de manière traditionnelle et âgés d'une dizaine d'années ont tendance à présenter une bonne concentration d'arômes, une bouche riche et une grande douceur naturelle. Le degré d'alcool ajoute de la chaleur au nez, mais il élève également les arômes et augmente la longueur en bouche.

Lescognacs de dix ans d'âge sont réduits d'au moins 20° d'alcool avant d'être mis en bouteille à 40-42% vol. Les arômes sont aigus et possèdent une certaine finesse.

Les armagnacs et les cognacs peuvent commencer à atteindre leur apogée vers l'âge de 15 ans, s'ils sont élevés correctement. L'évaporation a permis à l'eau-de-vie de se concentrer et de devenir plus visqueuse, et la perte d'alcool a donné une sensation plus ronde et plus douce en bouche. Les fruits se sont condensés et certains acides se sont oxydés, ce qui donne lieu à des notes complexes de noix connues sous le nom de rancio - un mot que l'on ne peut manquer de reconnaître en humant un Cognac ou un Armagnac, mais qu'il est difficile de définir correctement avec des mots.

Lesarmagnacs distillés de manière traditionnelle ont tendance à présenter des arômes et des saveurs riches et sombres de fruits confits comme le pruneau, la figue, la noix, le cacao et le café. La texture de l'eau-de-vie est grasse, crémeuse et corsée, avec des notes de bois épicé, des soupçons de crème vanillée et une présence de rancio. Le cognac a généralement une texture plus fine, plus légère aussi, avec des notes d'épices, de vanille et de fruits confits.

Histoire de l'appellation AOP Armagnac

Le cognac a toujours occupé une place plus importante dans le monde des spiritueux. Mais pourquoi ?

D'Artagnan et Henri IV peinture à l'huile

Origine du peuple armagnacais

En explorant l'histoire de l'Armagnac, nous découvrons une terre au passé riche et varié. La région aujourd'hui connue sous le nom d'Armagnac a été contrôlée par différentes nations et empires tout au long de son histoire.

L'Empire romain a régné sur toute l'Aquitaine, avec des villes importantes comme Eauze, Auch et Aire-sur-l'Adour.

La région a également connu desinvasions intermittentes debarbares entre le septième et le onzième siècle, qui ont laissé des villes et des villages dévastés. Au cours des siècles suivants, la présence britannique/acquitaine est forte et des villages fortifiés, ou bastides, sont construits pour se protéger des soulèvements paysans. Le Xe siècle a vu le développement de villages comme Eauze et Condom, tandis que les XIe et XIIIe siècles ont vu la construction de nombreux châteaux spectaculaires de la région.

Malgré les défis de l'histoire, le peuple armagnacais a persisté et même prospéré, ouvrant la voie à la création d'un spiritueux unique et savoureux qui en est venu à définir la région.

Gascons et Armagnacais célèbres

Nous allons maintenant explorer la vie de quelques-uns des personnages les plus célèbres de la Gascogne. Du légendaire roi Henri IV au valeureux mousquetaire D'Artagnan. Voici une histoire de bravoure, de patriotisme et d'héroïsme.

Henri IV, né en 1553 au pied des Pyrénées, était un homme complexe. Son père est un fervent catholique, tandis que sa mère, Jeanne d'Albret, est protestante et reine de Navarre. En tant que roi de Navarre, Henri IV a mené les Hugenots dans leur lutte contre les catholiques français. Mais Henri IV n'était pas un protestant convaincu et il s'est converti au catholicisme à plusieurs reprises pour des raisons politiques. Devenu roi de France, il séduit ses sujets par son calme, sa résolution pacifique avec l'Espagne et son amour des plaisirs simples de la vie. La célèbre promesse d'Henri IV que chaque famille de son royaume aurait une poule dans son pot tous les dimanches l'a rendu cher à son peuple. En 1599, il a publié la première proclamation durable de tolérance religieuse en Europe, mettant ainsi fin aux nombreuses guerres civiles en France.

D'Artagnan, le plus célèbre mousquetaire de Gascogne, est né Charles de Batz en 1615 au château de Castelmore, près de Lupiac. Il a servi dans les gardes françaises à Paris et est devenu membre des mousquetaires du roi à l'âge de 42 ans. D'Artagnan était connu pour sa bravoure et ses relations humanitaires avec ceux qui servaient sous ses ordres. Il dirigea des troupes pendant la guerre de la Fronde, le siège de Dunkerque et accompagna le convoi royal à Saint-Jean-de-Luz pour le mariage de Louis XIV avec la princesse d'Espagne. Véritable héros de la Gascogne, d'Artagnan meurt à 62 ans lors d'une bataille contre la Hollande.

Les Armagnacais, réputés pour leur bravoure et leur patriotisme, sont ajoutés par le roi Louis XIII à sa Compagnie des Mousquetaires du Roi, régiment militaire d'élite autorisé à porter le mousquet. Ces soldats originaires de la région ont accompagné tous les rois de France qui ont suivi le règne d'Henri IV au combat, défendant héroïquement la royauté française sous des tirs incessants.

En nous penchant sur la vie de ces célèbres Gascons à travers l'histoire, nous nous rappelons l'héritage durable qu'ils ont laissé derrière eux. De la complexité du règne d'Henri IV à la bravoure de d'Artagnan, ces héros continuent aujourd'hui encore à nous inspirer et à nous captiver.

Lorsque nous nous penchons sur l'histoire des eaux-de-vie de raisin, nous ne pouvons manquer de mentionner les spiritueux fins que sont l'armagnac et le cognac. Bien que les deux aient des caractéristiques distinctes, le Cognac a toujours occupé une place plus importante dans le monde des spiritueux.

Mais pourquoi ?

Au XVIIe siècle, Bordeaux était un port animé et le centre du commerce du vin et du sel. Les marchés britanniques et hollandais étaient avides de vin, mais les longs voyages en mer entraînaient souvent l'altération du vin à l'arrivée. Pour éviter cela, le vin était fortifié avec de l'eau-de-vie, ce qui le rendait plus résistant pendant le transport et lui permettait de rester buvable. La Garonne et la Charente reliant Bordeaux à la région de Cognac, productrice d'eau-de-vie, c'est à Cognac que les Néerlandais et les Britanniques se procuraient leur matériel de fortification.

Cependant, le transport de l'Armagnac vers les grands ports était une affaire compliquée, et la région était relativement isolée. Les producteurs devaient traverser des terrains accidentés avec leurs spiritueux, et les voies navigables imprévisibles vers Bordeaux rendaient le transport vers les ports clés difficile. La seule autre option consistait à transporter l'Armagnac jusqu'à Bayonne, ce qui représentait un trajet beaucoup plus long. Ces facteurs ont rendu presque impossible pour l'Armagnac de concurrencer le Cognac sur les marchés britanniques et néerlandais, lucratifs et bien connectés.

Heureusement pour l'Armagnac, le XIXe siècle a apporté quelques développements positifs à la région. L'introduction d'un nouvel alambic, à la fois économiquement efficace et portable, a contribué à la production, et une barrière tarifaire abaissée a permis d'exporter des marchandises sans frais excessifs. En outre, un canal a été construit pour relier le centre de la région de l'Armagnac à la rivière Baise, ce qui a permis un accès direct à Bordeaux.

Ces développements ont incité les agriculteurs de la région à étendre leurs vignobles, et la production d'Armagnac a connu un essor spectaculaire. Disposant désormais d'un débouché direct pour leurs produits, les producteurs d'Armagnac commencent à se faire un nom. L'effervescence s'empare de la région et les négociants commencent à créer des marques qui vendent des fûts portant leur nom. Castarède, Larresingle, Janneau et Gelas ne sont que quelques exemples des maisons qui ont vu le jour pendant cette période de prospérité. Malgré ces progrès rapides, l'Armagnac avait encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir rivaliser avec le Cognac. Ce dernier était déjà devenu un centre commercial en plein essor avec des maisons étrangères bien établies comme Hennessy, Martell et Courvoisier.

Cependant, les clients étrangers ont lentement commencé à passer des commandes pour l'Armagnac, et la production de la région a continué à croître. Les qualités uniques de l'Armagnac, avec ses caractéristiques terreuses et profondes, ont commencé à attirer les connaisseurs, faisant de l'Armagnac un concurrent digne du Cognac.

Malheureusement, l'Armagnac et d'autres régions viticoles établies ont été frappées par l'épidémie de phylloxéra à la fin des années 1800, qui a anéanti la plupart des vignes en France.

Alors que la région de l'Armagnac n'a pas été touchée dans un premier temps, les insectes ont attaqué les plantes humides et sujettes aux maladies dans la région, détruisant la récolte et les futures récoltes. Malgré ce revers, la région a lentement commencé à se rétablir en arrachant les vignes mortes et en expérimentant de nouveaux hybrides résistants aux maladies.

Après la Seconde Guerre mondiale, la région de l'Armagnac a de nouveau été confrontée à des difficultés pour promouvoir son produit à l'extérieur de la région. La machine publicitaire du cognac avait convaincu le public que le cognac était la meilleure eau-de-vie et que les autres eaux-de-vie à base de raisin étaient inférieures.

L'Armagnac est relégué à l'arrière-plan jusqu'à la création du Bureau national interprofessionnel d'Armagnac (BNIA) en 1941.

Le BNIA a été créé pour contrôler la qualité de l'Armagnac avant qu'il n'arrive sur le marché, et les règlements ont été modifiés en 1972, ce qui a permis, entre autres, la double distillation.

Processus de production

Découvrez la tradition séculaire de la production d'Armagnac - De la vigne au verre

Comment l'Armagnac est-il fabriqué ?

  1. Récolte des raisins

  2. La fermentation

  3. Distillation des vins blancs dans des alambics à colonne

  4. Vieillissement en fûts de chêne

  5. la"part des anges" : Perte d'une partie du contenu alcoolique dans l'air ambiant

  6. Assemblage ou "mariage" des fûts pour créer le profil aromatique souhaité

  7. Mise en bouteille et mise en vente

photo copyright by Château de la Béroje

Fermentation

Après la récolte, le jus de raisin fraîchement pressé est vinifié, sans ajout de sulfure, pour produire un vin blanc. Les assemblages sont ensuite réalisés pour déterminer le profil de chaque eau-de-vie. Pour achever la fermentation, le vin doit être suffisamment acide et contenir un faible degré d'alcool, généralement inférieur à 12°, avant de pouvoir commencer le processus de distillation.

Lafermentation est le processus par lequel un hydrate de carbone, comme ceux que l'on trouve dans le raisin ou le jus de raisin, est transformé en alcool et en dioxyde de carbone. Au cours du processus de fermentation, la levure décompose les hydrates de carbone et produit de l'alcool en tant que sous-produit. Dans la production de l'Armagnac, la fermentation joue un rôle essentiel dans la création de l'alcool de base qui est ensuite raffiné par la distillation (voir ci-dessous).

Distillation avec l'alambic charentais

Nous allons maintenant nous pencher sur l'intrigant processus de distillation du vin en spiritueux, en explorant les modèles traditionnels utilisés pour le Cognac et l'Armagnac. En retraçant le parcours du vin depuis son état initial jusqu'à sa transformation finale en spiritueux, nous pouvons mieux comprendre les complexités du processus de distillation.

L' alambic charentais, également connu sous le nom de " pot still", est un alambic largement utilisé pour les eaux-de-vie dans le monde entier, ainsi que pour de nombreux autres spiritueux. Il se compose de plusieurs dômes en cuivre et de cuves de stockage et a la forme d'un oignon. Le vin est d'abord versé dans un dôme central, où il s'écoule progressivement dans un réservoir de chauffage au-dessus d'une flamme de gaz constante (de nos jours, le gaz est une source de chaleur assez courante). Lorsque le vin bout, la vapeur s'élève et s'accumule contre l'intérieur du dôme. La vapeur cherche alors à s'échapper par un trou qui mène à un tuyau incurvé appelé " col de cygne". Elle s'écoule ensuite vers le bas à travers un tuyau enroulé autour d'un réservoir rempli d'eau froide, où elle se reconvertit en liquide et sort de l'alambic avec un taux d'alcool d'environ 28°, soit 56 degrés.

Tout au long du processus de distillation, le distillateur surveille et supervise attentivement les différentes étapes. Les têtes, qui sont les premières eaux-de-vie à sortir de l'alambic, sont généralement impures et jetées. La majeure partie de la distillation, appelée brouillis, est conservée. Quant au vin qui prend le plus de temps à distiller, appelé queue, il est souvent trop faible et dépourvu de saveur pour produire quelque chose qui vaille la peine d'être conservé, et il est donc jeté. Ce processus rigoureux garantit que seuls les spiritueux de la plus haute qualité sont produits.

Le premier distillat utilisable, le brouillis, est recueilli et stocké dans des réservoirs en attendant son tour pour un second passage dans l'alambic. Il est ensuite réintroduit dans l'alambic et distillé à nouveau, ce qui produit encore moins de déchets que lors de la première distillation. Cette fois-ci, environ 99 % de l'eau-de-vie distillée est conservée, avec un titre alcoométrique compris entre 67° et 72°. L'eau-de-vie est ensuite transférée directement dans des fûts de chêne pour commencer le processus de vieillissement.

Il est intéressant de noter que l'alambic était largement utilisé en Armagnac jusqu'au début des années 1800, lorsque l'alambic continu a été mis au point. La double distillation en Armagnac a été officiellement interdite en 1936, mais rétablie en 1972.

En contemplant le processus complexe et fascinant de la distillation du vin en spiritueux, nous pouvons vraiment apprécier le dévouement et l'art des distillateurs qui ont perfectionné cet art au fil des ans. Grâce à l'alambic charentais et à d'autres alambics, les eaux-de-vie de la plus haute qualité sont produites avec une riche histoire de tradition et d'artisanat.

Distillation Armagnacaise

Rejoignez-nous pour explorer le processus unique de distillation de l'Armagnac traditionnel, une distillation unique qui produit un spiritueux complexe et parfois plus savoureux que les produits à double distillation tels que le whisky, le gin, la vodka et le cognac.

L'alambic continu utilisé pour l'Armagnac est une version primitive de l'alambic à colonne moderne, datant du début du XXe siècle. Contrairement aux modèles industriels, qui peuvent potentiellement chauffer le vin au même degré qu'un alambic, les alambics traditionnels de l'Armagnac ne le peuvent pas. La plupart des alambics produisent trois à quatre barriques par 24 heures, voire une ou deux, alors que les alambics industriels peuvent distiller jusqu'à 20 barriques par jour. Contrairement à l'alambic, les têtes et les queues sont normalement conservées dans l'armagnac traditionnel, ce qui lui donne un goût plus complexe et plus savoureux - parfois plus rustique aussi.

L'alambic armagnacais, trapu et stable, est plus petit et plus primitif que son équivalent pour le cognac. L'alambic armagnacais est normalement transportable, ce qui permet d'effectuer la distillation dans la propriété de chaque producteur.

l'Encantada

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le vin est introduit par gravité dans le chaudière à vin et chauffé par la partie supérieure du serpentin de condensation. De là, il s'écoule dans la colonne principale, où il devient de plus en plus chaud à mesure qu'il s'écoule sur les plaques de cuivre. Lorsqu'elle atteint la chaudière inférieure, elle commence enfin à se vaporiser et à s'évaporer. Les vapeurs alcooliques remontent à travers les plaques, en étant continuellement forcées à entrer en contact avec le vin entrant, ce qui donne une vapeur saturée de riches arômes de vin. Les vapeurs d'armagnac sortent par le haut de la colonne et passent dans le serpentin de condensation, où elles se refroidissent et se transforment de vapeur en liquide. L'eau-de-vie liquide s'écoule ensuite dans le fût de bois, où elle vieillira et développera des nuances complexes.

Le degré d'alcool produit varie de 52° à 60°, en fonction du degré d'alcool initial du vin. Chaque alambic a une capacité particulière de distillation en une journée, et la plupart des alambics portables peuvent distiller de 4 à 6 tonneaux par jour. De nos jours, les personnes chargées de régler l'alambic travaillent normalement par équipes de 12 heures. Les composants non alcooliques, composés de congénères, d'esters et d'acides, donnent à l'armagnac traditionnel sa saveur et son caractère rustique et charmant. Avec le temps, ces composants vieillissent et développent des nuances subtiles et complexes.

L'armagnac est destiné à être bu après 15 ou 20 ans de maturation, au cours desquels les non-alcools commencent à s'oxyder et à s'exprimer avec une complexité intéressante aux arômes de noix, connue sous le nom de rancio. Malheureusement, le marché est dominé par de jeunes armagnacs de 3 à 5 ans d'âge, où la double distillation élimine les esters et les acides, et où la base neutre est ajustée à l'aide d'additifs autorisés pour créer son arôme. Tout ceci étant dit sur le processus complexe de la distillation de l'Armagnac traditionnel, nous pouvons vraiment apprécier le dévouement et l'art des distillateurs qui ont perfectionné ce savoir-faire complexe.

Deux types de distillation sont autorisés dans la production d'Armagnac : la première méthode, la plus utilisée, est le Per Ascensum, connu sous le nom d'Armagnacaise, produit par le premier alambic à jet continu - utilisé pour 95 % de la production. Le résultat de cette distillation unique donne à l'eau-de-vie plus de saveur et de caractère que le Cognac, qui est généralement distillé deux fois. La méthode de distillation Per Descensum, dite Cognacaise, est également autorisée dans la production d'Armagnac, l'eau-de-vie étant produite par l'alambic à double chauffe. Cette méthode de distillation du Cognac a été autorisée en 1972 pour la production d'Armagnac, bien qu'elle ne soit pas largement utilisée - elle produit une eau-de-vie raffinée et fine qui devrait être appréciée en tant qu'eau-de-vie jeune.

Le processus de distillation,qui requiert des niveaux de compétence que seules des décennies d'expérience permettent d'acquérir, se déroule généralement entre la fin du mois d'octobre et la mi-novembre, mais cela peut varier en fonction des conditions météorologiques et de la disponibilité de l'alambic local, la machine à distiller mobile.

Lors de la distillation, le taux d'alcool se situe entre 50 et 58 %. Certains producteurs font vieillir leur whisky avant de le diluer au minimum de 40 % au moment de la mise en bouteille, mais beaucoup préfèrent conserver ces quelques pourcents supplémentaires.

Fabriqué en cuivre, un alambic contient deux chambres, l'une avec un serpentin à l'intérieur, entouré par l'eau-de-vie froide, qui est ensuite chauffée doucement, soit par un feu de bois, soit par le gaz (ce qui donne une température contrôlable). Les vapeurs sont ensuite condensées à l'aide d'une série de petites configurations en forme de chapeau à l'intérieur de la deuxième chambre, qui s'écoulent avant d'être mises en tonneau.

Le maître de chai et son équipe doivent tester l'eau-de-vie en la goûtant et en faisant fonctionner la machine pour obtenir la préférence et la saveur souhaitées. Ce travail, qui s'effectue 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, peut prendre plusieurs semaines, en fonction de la récolte de l'année. Souvent, deux ouvriers (traditionnellement le père et le fils) se relaient pour remplir les tonneaux qui sont généralement fabriqués en chêne français local.

2 photos ci-dessus copyright par Château de la Béroje

L'histoire de la distillation de l'Armagnac

En pénétrant dans les profondeurs de l'histoire de l'Armagnac, nous découvrons l'art de la distillation, qui remonte au troisième siècle en Égypte. Les Grecs pratiquaient également la distillation et les Arabes l'ont perfectionnée en Afrique du Nord au XIe siècle. Le terme arabe désignant le récipient de distillation, "alambic", a donné naissance à l'appareil de distillation traditionnel de l'Armagnac. Au XIIIe siècle, la distillation fait son entrée en France grâce aux conférences entre l'école arabe de Salerne et l'école française de Montpellier. La première thèse complète sur la distillation a été rédigée par Arnaud-de-Villeneuve, directeur de l'école de médecine du pape Clément V, en 1246. La date exacte à laquelle la Gascogne a été exposée à l'alcool distillé est incertaine, mais les historiens s'accordent à dire qu'il a été apporté d'Espagne. La première distillation documentée en Gascogne date de 1348. L'eau-de-vie n'était pas raffinée, mais elle était distillée et utilisée principalement à des fins médicinales.

la première distillation en 1348

À la fin du XIVe siècle, Charles le Mauvais, roi de Navarre, avait un rituel particulier qui consistait à tremper ses draps dans de l'eau-de-vie et à s'envelopper tout entier dans le tissu humidifié. Malheureusement, une nuit, alors qu'il était enlacé, la bougie d'un serviteur mit le feu aux draps, entraînant la mort du roi. Malgré cet événement inhabituel, les Gascons continuèrent à faire d'autres distillations. En 1480, le premier alambic en cuivre de Gascogne est mis en service et le vin est distillé, mais l'Armagnac n'est pas encore devenu une eau-de-vie agréable.

Dans les années 1500, l'art de la distillation s'est répandu dans toute l'Europe et des alambics nouveaux et améliorés ont été inventés. Cependant, l'Armagnac était à peine connu en dehors de la région et l'exportation la plus importante de la Gascogne était le vin doux de Jurançon. Dans les années 1700, nous disposons des premiers détails précis sur les appareils de distillation en cuivre utilisés en Gascogne. Les distillations multiples nécessitant beaucoup d'énergie et d'argent, des expériences ont été menées pour trouver un alambic plus efficace. En 1801, Edouard Adam contribua à trouver une solution avec un appareil primitif qui traitait le vin en une seule distillation, ce qui minimisait les coûts d'alimentation et permettait aux vapeurs alcooliques de traverser le vin entrant avant de se condenser, recueillant ainsi tous les parfums du vin.

Au milieu du XVIIIe siècle, la distillation s'est encore développée dans la région et Monsieur Gier a fourni un modèle pour l'alambic armagnacais actuel. Son appareil était petit, alimenté par du bois bon marché et pouvait être transporté par un attelage de bœufs. Avec plusieurs unités portables parcourant la campagne, chaque agriculteur pouvait distiller le vin avant qu'il ne s'oxyde.

Cet alcool plus riche contenait des impuretés qui lui permettaient de rester cru plus longtemps que ceux distillés deux fois à des températures plus élevées. Aujourd'hui encore, très peu de producteurs indépendants survivent grâce à l'Armagnac. Le risque était plus élevé lorsque l'on tentait de produire de l'Armagnac selon cette méthode, mais le résultat était une eau-de-vie plus complexe et plus aromatique qui se distinguait par sa qualité.

Le chêne puissant : Vieillissement de l'Armagnac en fûts

Dans le monde de l'armagnac, les fûts de chêne blanc sont choisis pour stocker et faire vieillir l'eau-de-vie. Ces fûts sont soigneusement sélectionnés, car ils jouent un rôle essentiel dans le développement de la saveur et du caractère du produit final.

Le vieillissement est une étape importante dans la production de l'Armagnac. Au cours du processus de vieillissement, l'Armagnac perd sa couleur cristalline d'eau-de-vie pure et son caractère. Il développe sa couleur caramel ambrée caractéristique, tout en remplaçant sa fraîcheur florale d'origine par sa douceur, sa richesse aromatique et ses arômes distincts de bois et de vanille. En général, la maturation révèle pas moins de 80 arômes, en fonction bien sûr du terroir et de la qualité de la distillation.

Lesfûts ne se contentent pas de conserver l'armagnac, ils contribuent à sa couleur, à sa teneur en tanins et à son profil aromatique. De plus, le chêne permet une lente micro-oxydation, un processus vital qui permet à l'eau-de-vie de respirer et de mûrir.

Mais d'abord, le maître de chai doit sélectionner les fûts qu'il juge adaptés à la tâche.

Les fûts(400 litres) sont fabriqués à partir du même arbre, et la force du grain dépendra de l'endroit où le bois provient de cet arbre. Le bois est sélectionné localement, comme tous les autres éléments du processus de fabrication de l'Armagnac, afin de préserver la tradition et l'histoire. Si l'on opte pour un grain plus grossier au départ (généralement pendant les deux ou trois premières années), le rendement en tanins est élevé. Il donne à l'eau-de-vie sa couleur et son goût avant qu'elle ne soit prête à être transférée dans une barrique "lisse" pour continuer à mûrir pendant un certain nombre d'années.

michel Carossio

michel Carossio

Si le chêne de la région de l'Armagnac était traditionnellement utilisé, des douelles provenant de diverses autres forêts françaises sont aujourd'hui employées pour créer ces tonneaux. Les caractéristiques uniques de chaque forêt, notamment le type de sol et le climat, influencent la structure du grain du chêne.

Lesarbres qui poussent sur un sol sec et pauvre produisent un grain plus serré, tandis qu'un sol riche et fertile produit un grain plus large. Plus le grain est large, plus le potentiel de sécrétion de tanins et de composants aromatiques, tels que la vanille et les épices, est important. Les grains larges favorisent également une oxydation plus rapide, indispensable à une bonne maturation.

Les chênes utilisés pour la fabrication des fûts ont généralement entre 100 et 150 ans. Cet âge garantit la circonférence nécessaire du tronc, un facteur important puisqu'une grande partie du bois est perdue dans le processus de fendage. Seuls 10 % environ du tronc d'un arbre sont utilisés pour les tonneaux. Le deuxième étage, qui est droit, sans nœud et sans grain tordu, est généralement choisi pour les tonneaux. Un tronc bien formé peut donner naissance à deux tonneaux complets. L'étage inférieur, la partie la plus chère de l'arbre, est utilisé pour la fabrication de meubles en chêne de qualité. L'étage supérieur, la partie la plus grande mais la moins chère de l'arbre, a également diverses utilisations.

Bien que le chêne du Limousin soit couramment utilisé pour le vieillissement, seuls 35 % de l'armagnac sont stockés dans des fûts fabriqués dans ce bois. Un pourcentage plus faible est vieilli dans du chêne régional de Gascogne, et le reste est vieilli dans du chêne provenant d'autres forêts françaises. La qualité du grain est considérée comme plus importante que l'origine du bois.

Une fois l'armagnac placé dans les fûts, le long voyage de vieillissement et de maturation commence. Chaque tonneau est la promesse d'une eau-de-vie exquise, imprégnée des caractéristiques uniques du chêne qui l'abrite.

Selon le bois et la cave, l'évaporation de l'alcool se situe entre 2 et 6 % par an : c'est ce que l'on appelle communément la "part des anges".

En fin de maturation, l'eau-de-vie est souvent aux alentours de 40°, soit par ajout d'eau distillée ou de "petites eaux", soit par évaporation naturelle qui ne peut se faire qu'après plusieurs décennies. C'est à partir de ce moment que l'Armagnac est enfin prêt à être mis en bouteille pour être consommé.

photo copyright par L'Encantada

Types de chêne

Chêne de Gascogne

Au cœur de l'Armagnac se trouvent deux forêts, Monlezun et Monguilhem, où pousse traditionnellement le chêne gascon. Le chêne gascon, également appelé quercus silicus, appartient à la famille des chênes blancs, mais il est souvent appelé chêne noir. Les raisons de ce surnom sont diverses, mais certains disent que c'est à cause de la terre sombre des sables fauves sur laquelle l'arbre pousse. D'autres citent les pins qui entourent les chênes et qui ont une teinte verte, ce qui fait paraître les chênes noirs en comparaison. En outre, les forêts offrent beaucoup d'ombre et les surfaces extérieures des arbres sont souvent couvertes de lierre et de mousse, ce qui accentue l'aspect noir.

Dans le passé, il était courant d'utiliser les arbres de la région pour le vieillissement des spiritueux, mais aujourd'hui, il ne reste que quelques hectares de chêne noir dans les forêts d'Armagnac. La plupart des producteurs indépendants d'Armagnac plantent plus de maïs sur leurs terres que la surface totale des arbres de la forêt de Monlezun. Cependant, certains producteurs se tournent vers les forêts du Gers, de la Dordogne ou des Pyrénées, qui présentent des conditions de sol et d'humidité similaires à celles de l'Armagnac. Bien que les arbres de ces forêts régionales ne poussent pas aussi droit que ceux des forêts centrales, leur grain large sécrète toujours des tanins et des arômes tels que la vanille et les épices qui complètent l'eau-de-vie épaisse et riche de l'Armagnac.

Le chêne du Limousin

Aujourd'hui, le chêne du Limousin est le principal bois utilisé pour le vieillissement de l'Armagnac (et du Cognac) en raison de la quantité limitée de chêne gascon restant. La forêt limousine, située à une centaine de kilomètres à l'est de la région de Cognac, possède le grain le plus large de tous les chênes, environ huit grains par pouce, en raison de son sol riche et de ses précipitations plus importantes. Ses pores lâches favorisent un taux d'oxydation rapide, ce qui permet la concentration, la couleur profonde et une plus grande extraction des arômes contenus dans le bois. Bien que le chêne du Limousin et le chêne de Gascogne aient des granulométries similaires, le premier a tendance à donner des niveaux légèrement plus élevés de vanille, tandis que le second donne plus de tannins.

Allier et Tronçais

D'autres forêts françaises, comme l'Allier et le Tronçais, produisent également du bois à grain serré qui contient respectivement environ 17-18 grains par pouce. Les producteurs qui utilisent le Tronçais font souvent du vin de qualité et utilisent les barriques pour faire vieillir leurs meilleurs produits. En outre, leur taille réduite leur permet d'être empilés dans un chai au plafond bas, où deux fûts de 420 litres ne pourraient pas tenir. Tous les grands producteurs d'Armagnac exposent leurs eaux-de-vie à du chêne neuf, ce qui augmente les niveaux de composants aromatiques. Au fil du temps, l'air traverse le bois, interagit avec l'Armagnac et transporte avec lui les sécrétions du bois telles que les tanins, la vanille et les épices. Les producteurs doivent surveiller attentivement leurs armagnacs pour éviter qu'ils ne deviennent trop tanniques ou trop sombres, car ces caractéristiques sont difficiles à atténuer une fois qu'elles sont présentes.

Toast en barrique

Une fois que le tonnelier a assemblé le tonneau, il est temps de griller le bois.

Le tonnelier place le tonneau au-dessus d'un feu à combustion lente, afin d'activer les composants sucrés du bois. Pour obtenir les effets désirés, les producteurs utilisent plusieurs niveaux de chauffe. La chauffe moyenne est une chauffe douce qui libère de légers éléments vanillés du bois, tandis que la chauffe forte réduit certains arômes de vanille et augmente les nuances de caramel, de réglisse, de café et de chocolat.

Une fois le processus de torréfaction terminé, le tonnelier perce un trou de bonde au centre de la barrique et le scelle à l'aide d'un tisonnier chaud. Les têtes et les queues de la barrique sont fabriquées à partir de douelles maintenues par des chevilles en bois, et des formes circulaires sont découpées et insérées à chaque extrémité de la barrique. Des cercles supplémentaires sont ajoutés, et le tonneau est testé pour l'étanchéité et poncé. Enfin, la barrique est coiffée d'un bouchon en plastique ou en caoutchouc.

Tous les producteurs d'Armagnac exposent leur eau-de-vie à du chêne neuf, ce qui lui permet de recevoir des niveaux accrus de composants aromatiques. Lorsque l'air traverse le bois, il interagit avec l'Armagnac et transporte avec lui les sécrétions du bois, notamment les tanins, la vanille et les épices.

Il est important que les producteurs surveillent la quantité de tanin absorbée par l'Armagnac, car une trop grande quantité peut rendre l'eau-de-vie trop sèche, voire astringente. Une barrique neuve peut fournir les substances aromatiques adéquates pour une poignée de millésimes.

L'évolution du chêne

En observant l'évolution de l'Armagnac dans le chêne, nous constatons qu'après le contact initial avec le chêne neuf, le spiritueux est souvent transféré dans des fûts plus anciens, où il subit une transformation progressive. Avec le temps, lachaleur et les épices intenses du jeune Armagnac s'adoucissent, laissant place à un profil de saveur plus concentré et plus rond et à une teneur en alcool légèrement inférieure.

La façon dont un producteur d'armagnac conserve son eau-de-vie est cruciale pour déterminer son caractère final. Chaque producteur possède un chai unique, certains ressemblant aux grands entrepôts de la Charente, d'autres ayant une apparence plus modeste. Les conditions à l'intérieur de ces caves sont également un facteur important, certaines étant faiblement éclairées et maintenues humides avec un sol en terre battue, tandis que d'autres sont plus organisées avec des sols en ciment et des éclairages fluorescents.

Leniveau d'humidité dans le chai joue également un rôle important dans la maturation de l'Armagnac. Dans un chai humide, le taux d'alcool tend à diminuer plus rapidement, tandis que la quantité s'évapore moins lentement. À l'inverse, dans un chai sec, le taux d'alcool diminue beaucoup plus lentement, tandis que la quantité s'évapore plus rapidement.

En raison de la nature poreuse du bois et de la réduction progressive de l'alcool et de l'eau lorsqu'ils sont exposés à l'air, une certaine quantité d'Armagnac est perdue par évaporation chaque année, ce que l'on appelle la "part des anges" Ce processus est favorisé par la présence d'un champignon noir, la torula, qui se nourrit des vapeurs alcooliques et recouvre les tuiles de nombreux chais.

Les producteurs complètent souvent leurs fûts avec le même millésime afin de ralentir l'évaporation. Cela peut également contribuer à créer un profil d'arôme plus concentré, car le manque d'eau dans l'Armagnac entraîne une plus grande concentration d'arômes.

La forme la plus courante d'aération est le soutirage, qui consiste à pomper l'Armagnac d'un tonneau à l'autre, ce qui donne au spiritueux une bouffée d'air frais. Une autre méthode consiste à pomper des fûts du même millésime dans une cuve plus grande pour les marier pendant quelques jours avant de les redistribuer dans des fûts différents.

Bien qu'une certaine aération soit nécessaire, une intervention minimale est préférable pour préserver les riches esters responsables d'un bouquet complexe. La forme la plus pure de l'armagnac est obtenue par réduction naturelle, mais cela peut poser plusieurs problèmes aux producteurs, notamment des taxes plus élevées, le risque de surmaturation et un délai plus long avant que l'armagnac puisse être mis en bouteille et vendu.

À mesure que l'armagnac mûrit, sa couleur s'intensifie et les arômes de fruits et de chêne s'intègrent mieux. Avec le temps, les notes de chêne peuvent dominer l'eau-de-vie, cédant la place à un chêne sec, poli et antique. Un vieillissement supplémentaire dans des conteneurs plus grands appelés tonneaux permet de contrôler les niveaux d'alcool et de bois pendant une période prolongée, ce qui donne aux producteurs un plus grand contrôle sur le produit final.

Additifs dans l'Armagnac

Les additifs de l'Armagnac sont des composants essentiels qui doivent être utilisés au cours des différentes étapes de l'élaboration de l'eau-de-vie

En tant qu'amateurs d'Armagnac, nous comprenons la valeur des connaissances scientifiques dans la création de ce délicieux spiritueux. Au cours des trois étapes importantes que sont la fermentation, l'élevage et l'assemblage, il est essentiel de faire appel à l'expertise d'un œnologue.

Grâce à ses qualifications techniques, il peut aider à produire un vin de base sain et adéquat pour la distillation, donner des conseils sur la rotation et l'aération des fûts et contribuer à l'obtention d'un mélange équilibré. Bien que l'objectif ultime soit de créer un mélange naturel, l'œnologue doit parfois intervenir, en utilisant quatre catégories d' additifs autorisés.

Sucre

Les additifs de l'Armagnac sont des composants essentiels qui peuvent être utilisés au cours des différentes étapes de l'élaboration de l'eau-de-vie. L'un des additifs essentiels de l'Armagnac est le sirop de sucre, qui apporte de la douceur à l'eau-de-vie et permet d'éliminer les aspérités qu'elle pourrait contenir. Légalement, le sucre ne peut représenter que 2 % du contenu d'un Armagnac. Le sirop de canne à sucre peut être foncé ou clair, selon le degré de douceur souhaité. Cet additif est généralement ajouté lorsque l'Armagnac est trop tannique, ce qui le rend plus doux et plus rond. Les spiritueux provenant de certains pays, tels que le Japon, la Chine et l'Espagne, sont généralement préférés pour être plus sucrés. Pour répondre à cette demande, la limite maximale légale de sucre est généralement utilisée dans les mélanges destinés à ces marchés. Toutefois, l'objectif premier de cet ajout est de conférer un caractère sucré au spiritueux, ce qui, dans la plupart des cas, répond à la demande de ces marchés.

Boisé

Le boisé est un additif essentiel de l'Armagnac. Il est obtenu en faisant bouillir des copeaux de bois dans de l'eau pendant plusieurs heures, en retirant les copeaux de bois et en faisant réduire lentement le liquide restant. Le liquide brun foncé qui en résulte est chargé d'une saveur boisée et de tanins qui donnent au spiritueux un goût de chêne vieilli. Il s'agit d'un raccourci précieux pour le vieillissement à long terme, en particulier lorsqu'un producteur n'a pas les moyens d'acheter de nouveaux fûts. La plupart des boisés utilisés dans la région de l'Armagnac proviennent de la Charente, où leur utilisation est déjà bien établie (mais en baisse de nos jours). La plupart des producteurs de cognac ont également des fûts de boisé dans leurs caves qui, mélangés au cognac, évoluent progressivement et constituent un raccourci vers un vieillissement à long terme. L'incorporation du boisé dans un fût au début de la vie de l'eau-de-vie permet d'assurer sa maturation en même temps que l'eau-de-vie. Toutefois, si cela n'est pas possible, l'œnologue dispose également d'un boisé vieilli. Ce style de boisé plus mûr est moins amer que le boisé pur et offre des arômes secondaires de bois comme la vanille et les noix grillées. Il contribue à donner une impression d'ancienneté à l'eau-de-vie.

L'eau

L'eau est un autre additif essentiel de l'armagnac qui est utilisé pour réduire le degré alcoolique final de l'eau-de-vie. Il existe plusieurs façons de réduire l'alcool, comme l'eau distillée, l'eau déminéralisée ou les petites eaux. Une réduction correcte doit être effectuée soit immédiatement après la distillation, soit progressivement sur plusieurs années, afin d'assurer l'équilibre et la cohésion du mélange. Une réduction lente, de trois à cinq degrés à la fois, assure une bonne harmonie au sein de l'eau-de-vie finale, la rend plus difficile à détecter et évite toute sensation de dilution. En fin de compte, cette diminution de la force permet d'obtenir une eau-de-vie plus souple qui peut laisser émerger certains arômes au-dessus de la chaleur alcoolique.

Caramel

Le caramel (E150a) est un additif essentiel de l'Armagnac qui permet d'ajuster la couleur de l'eau-de-vie. Il est fabriqué à partir de sucre brûlé et est de couleur très foncée. Il n'est pas utilisé pour sucrer l'eau-de-vie mais pour ajuster sa couleur. L'uniformité de la couleur est d'une importance capitale pour les négociants. Chaque tonneau de chêne contient des niveaux différents de matière colorante, et il faut donc obtenir une couleur homogène. Une eau-de-vie plus foncée donne l'impression d'avoir été vieillie plus longtemps et semble donc plus douce. La couleur préférée des VSOP et des Napoléons peut être obtenue en ajoutant du caramel après que les différents fûts ont été vidés dans une cuve de mélange plus grande.

En résumé, les additifs de l'Armagnac, y compris le sirop de canne à sucre, le boisé, l'eau et le caramel, sont des éléments essentiels qui sont souvent, mais pas toujours, utilisés au cours du processus de production. Ces additifs sont utilisés pour améliorer le spiritueux et, dans de nombreux cas, pour répondre aux exigences d'un marché spécifique. Il n'est pas rare qu'un producteur ajuste la couleur pour l'exportation vers un pays, mais laisse la couleur naturelle pour un autre pays. En comprenant l'objectif et l'utilisation optimale de ces additifs, un maître distillateur peut réaliser un mélange d'armagnac sain et équilibré.

La magie du maître de chai

L'une des astuces les plus courantes consiste à utiliser des copeaux de chêne pour donner l'impression que l' eau-de-vie a été vieillie dans de petits fûts, alors qu'elle l'a été dans de grands tonneaux. Ces copeaux apportent des arômes de bois et de tanin, qui sont des caractéristiques typiques d'une eau-de-vie vieillie. Une autre astuce consiste à ajouter du boisé, obtenu en faisant bouillir des copeaux de bois dans de l'eau pendant plusieurs heures, puis en retirant les copeaux. On obtient ainsi un liquide riche en arômes de bois et en tanins. Utilisé en petites quantités, le boisé peut simuler un long contact avec le bois, donnant l'impression d'un spiritueux vieilli. Pour adoucir les aspérités d'un brandy, certains producteurs ajoutent du sirop de sucre, qui représente légalement jusqu'à 2 % du produit final. La douceur du sirop donne une impression de concentration et d'ampleur, et la plupart des consommateurs associent la qualité d'une eau-de-vie à son degré de douceur.

Afin de donner l'impression d'un véritable vieillissement, les distillateurs ajoutent parfois quelques litres d'eau-de-vie de trente ans d'âge dans l'un des grands fûts. Bien que cette opération n'ait qu'un effet qualitatif minime, elle offre de grandes possibilités publicitaires au producteur, qui peut désormais affirmer que son produit final contient des eaux-de-vie "de trente ans d'âge" Pour approfondir la couleur de l'eau-de-vie, on ajoute généreusement du caramel, ce qui la rend assez foncée et donne l'impression d'une eau-de-vie vieillie. Enfin, le produit est conditionné dans une bouteille à l'aspect coûteux et à la forme étrange, et commercialisé avec une étiquette conçue pour attirer les clients. Les étiquettes peuvent être trompeuses, des termes tels que "Trés Vieille Réserve" étant souvent ajoutés pour donner une impression d'âge et de sophistication, alors qu'ils sont souvent dénués de sens. L'étiquette a également tendance à mettre en évidence ces termes importants pour faire oublier que le spiritueux n'a peut-être que six ans d'âge.

Catégories d'âge de l'Armagnac

Découvrez la tradition séculaire de la production d'Armagnac - De la vigne au verre

La bouteille d'Armagnac et l'étiquette d'Armagnac

Découvrons maintenant les détails complexes de l'étiquetage de l'Armagnac et la première bouteille d'Armagnac.

Lapremière bouteille d'Armagnac a été utilisée au début du XVe siècle et était en verre, comme les bouteilles utilisées aujourd'hui. Cependant, contrairement aux bouteilles actuelles, il n'existait aucune réglementation concernant la forme des bouteilles. Actuellement, il existe des lois concernant le volume d'Armagnac contenu dans une bouteille, mais la forme de la bouteille reste libre. Traditionnellement, le flacon bâsquaise était utilisé pour l'Armagnac.

Cependant, il prend beaucoup de place sur l'étagère et manque de sophistication, de sorte que de nombreux Armagnacs sont commercialisés dans la bouteille Cognacaise, claire et à l'épaule lisse. Certains producteurs d'Armagnac ont poussé la conception des bouteilles à un niveau supérieur en incorporant leurs propres moules personnalisés ; cependant, les bouteilles d'Armagnac ont tendance à être beaucoup plus simplistes que les carafes clinquantes que l'on trouve plus au nord dans le Cognac.

Passons maintenant aux informations relatives à l'étiquetage de l' Armagnac. Si vous avez déjà été dérouté par les différentes étiquettes sur les bouteilles d'Armagnac, vous n'êtes pas le seul.

Les lettres VS, VSOP et XO font référence au vieillissement de l'armagnac, l'âge indiqué sur la bouteille correspondant à l'alcool le plus jeune qu'elle contient. L' âge minimum est obligatoire sur l'étiquette, mais l'âge maximum ne l'est pas. Les différentes dénominations commerciales, telles que Hors d'Age et X.O., indiquent la durée de vieillissement de l'eau-de-vie dans le bois, mais peuvent induire en erreur, car certains XO de producteurs peuvent en fait contenir de l'Armagnac de 20 ans d'âge.

Les Armagnacs correspondent uniquement à l'année de récolte déclarée sur l'étiquette, si le millésime est indiqué sur l'étiquette.

Pour simplifier les choses, voici un bref résumé des désignations d'âge et des âges minimums légaux qui y sont associés :

VS: 1 an en fût de chêne
VSOP: 4 ans minimum en fût de chêne
XOou Hors d'Age : 10 ans minimum en fût de chêne Vintage /
Millesime : L'âge de l'Armagnac peut être déterminé par sa désignation sur l'étiquette, qui se réfère à l'eau-de-vie la plus jeune dans la bouteille.

Le BNIA a établi un système de décompte de l'âge minimum qui permet de simplifier l'information sur l'étiquette. Il est essentiel de comprendre ce système pour déterminer avec précision l'âge d'un Armagnac assemblé.

  • Lecompte 00 s'étend de la date de récolte à la dernière date de distillation autorisée, qui est actuellement le 31 janvier, et ces spiritueux ne peuvent pas être commercialisés en tant qu'Armagnac.
  • Lecompte 0 s'étend du 31 janvier au 31 janvier suivant et comprend les eaux-de-vie âgées de 4 à 12 mois, qui n'ont pas encore le droit d'être commercialisées en tant qu'Armagnac.
  • Lescomptes 1 à 3 concernent les armagnacs qui ont atteint leur premier à leur troisième anniversaire et qui peuvent être étiquetés comme VS ou 3 Étoiles.
  • Les décomptes4-5 concernent les spiritueux âgés de 4 et 5 ans qui peuvent être étiquetés 5 Étoiles, VSOP, VO, Réserve ou Réserve Spéciale.
  • Lecompte 6 concerne les spiritueux âgés de 6 ans et autorisés à porter les titres Extra, Napoléon, Vieille Réserve ou XO (avant 2018).
  • Lecompte 7-9 concerne les spiritueux âgés de 7 à 9 ans et..
  • Lecompte 10 concerne les spiritueux âgés d'au moins 10 ans et autorisés à porter le titre Hors d'Age, mais aussi l'appellation XO.

VS Armagnacs

L'Armagnac le plus jeune est connu sous le nom de VS ou 3 étoiles (***) et est âgé de 1 à 3 ans.

Les armagnacs de cette classification sont destinés aux amateurs d'eaux-de-vie fruitées et ardentes. Il conviendra aux papilles de ceux qui recherchent des eaux-de-vie pleines de caractère, de fruité et de la chaleur d'un Armagnac VS.

Les notes fruitées dominent les arômes, la chaleur et la souplesse s'associent en bouche.

Il se déguste pur, avec des glaçons, en cocktail ou pour parfumer les plats.

Armagnacs VSOP

La réglementation française stipule qu'un Armagnac VSOP est fabriqué à partir d'un mélange d'eaux-de-vie dont l'élément le plus jeune a été vieilli pendant au moins 4 ans en fûts de chêne.

Cependant, les maisons d'Armagnac utilisent souvent des eaux-de-vie beaucoup plus anciennes afin d'apporter une palette aromatique plus riche au VSOP.

Un VSOP présente généralement des arômes équilibrés de fruits cuits, parfois confits, avec des notes de bois et d'épices.

En bouche, la structure légère apportée par le bois est moelleuse et l'eau-de-vie présente une grande longueur.

Elles se dégustent de préférence sur glace ou en cocktail, mais certaines peuvent aussi être dégustées pures.

Pour les accords gourmands, le style fruité de cet assemblage et sa puissance sont parfaits lorsqu'il est légèrement rafraîchi et servi avec du foie gras ou des fromages bleus tels que la Fourme d'ambert et le Roquefort.

Hors d'Age et XO Armagnacs

L'âge minimum légal de l'eau-de-vie la plus jeune contenue dans un Hors d'Age, ou XO, Armagnac est de 10 ans.

Cependant, l'âge moyen est normalement bien supérieur à 10 ans.

Avec cet assemblage, nous retrouvons le cœur des arômes de l'Armagnac avec une palette de fruits confits (pruneau, abricot, écorce d'orange) associés à des arômes moelleux de bois, ainsi que des notes occasionnelles de pâtisserie et d'épices qui ajoutent une savoureuse gourmandise à l'ensemble.

Une touche de rancio et de fruits secs confirme la maturité d'un XO, tandis que la bouche est équilibrée avec une bonne longueur et une chaleur maîtrisée.

C'est une eau-de-vie de grande qualité à déguster pure, au cours d'un repas avec un dessert, ou accompagnée d'un cigare.

Les vieux armagnacs se marient bien avec des plats comme la pintade aux fruits secs, le magret de canard rôti au miel, l'omelette aux cèpes, les desserts à base de fruits comme la tarte tatin, la charlotte aux poires, l'orange confite ou ceux à base de chocolat comme le gateau de la forêt noire ou la mousse au chocolat.

Armagnacs millésimés

Le choix ultime des connaisseurs

Dans le monde des spiritueux, rares sont ceux qui peuvent rivaliser avec le goût exquis et la complexité d'un bon Armagnac millésimé. L'une des caractéristiques les plus uniques de l'Armagnac est son système de classification des millésimes. Contrairement aux assemblages d'armagnacs, qui résultent du mélange d'eaux-de-vie de différentes années, lesarmagnacs millésimés sont élaborés à partir de la récolte d'une seule année. Cela signifie que chaque millésime est une expression unique du climat, du sol et des techniques de vinification d'une année particulière.

Les meilleurs Armagnacs millésimés sont souvent élaborés à partir de raisins cultivés dans le Bas-Armagnac, une région connue pour produire des eaux-de-vie d'une qualité exceptionnelle. Cependant, le terroir n'est qu'un des nombreux facteurs qui influencent la qualité de l'Armagnac millésimé. Pour créer un produit d'exception, les producteurs doivent également prêter une attention particulière à la qualité des raisins, au degré de distillation, au type et à l'âge des fûts de chêne utilisés, ainsi qu'à la durée du vieillissement dans ces fûts. L'aération des fûts, les conditions de stockage et l'observation occasionnelle des fûts jouent un rôle essentiel dans la saveur et l'arôme final de l'Armagnac.

En fait, sept facteurs ont un impact significatif sur la qualité de l 'Armagnac millésimé. Il s'agit, entre autres, des facteurs suivants

  1. Le degré dedistillation - le degré alcoolique auquel le vin est distillé

  2. Le type etl'âge des fûts de chêne - le type et l'âge des fûts de chêne utilisés pour le vieillissement de l'Armagnac, et si le fût a été utilisé auparavant pour le vieillissement d'autres Armagnacs, et si oui, pendant combien de temps

  3. Durée devieillissement - temps que l'Armagnac a réellement passé en fûts de chêne (un Armagnac peut être étiqueté 1963 mais a déjà été mis en bouteille en 1990, ce qui en fait un Armagnac de 27 ans d'âge seulement). Une fois dans la bouteille, ou le verre dame jeanne, le processus de vieillissement est arrêté.

  4. Composition du sol - le sol dans lequel les raisins sont cultivés. Elle a un impact majeur sur la qualité du raisin et du jus de raisin. En un mot : le terroir.

  5. Qualité du rais in - qualité des raisins récoltés pour produire les eaux-de-vie.

  6. Conditions de stockage - les conditions dans lesquelles les barriques sont stockées : caves humides ou sèches. L'aération des barriques joue également un rôle, c'est-à-dire qu'il faut périodiquement faire entrer de l'air dans les barriques.

  7. L'observation des barriques - enfin et surtout : le processus d'observation régulière des barriques pour garantir la constance et la qualité.

Tous ces facteurs sont réunis pour créer un Armagnac millésimé vraiment unique et, espérons-le, inoubliable. L'eau-de-vie qui en résulte est le reflet de la terre et des personnes qui la produisent, une véritable œuvre d'art qui peut être appréciée par tous les amateurs de spiritueux fins. En ce qui concerne la meilleure façon de déguster un Armagnac millésimé, il convient de garder à l'esprit quelques points essentiels.

Tout d'abord, il est essentiel de choisir un produit de haute qualité provenant d'un producteur réputé. Les armagnacs millésimés peuvent être assez chers, mais l'investissement en vaut la peine pour ceux qui apprécient la complexité et la profondeur de goût que seule une eau-de-vie vraiment exceptionnelle peut offrir. Comparé à d'autres spiritueux fins, tels que le whisky, le bourbon ou le rhum, le rapport prix/âge d'un armagnac millésimé mature est très intéressant. Une fois que vous avez choisi votre Armagnac millésimé, il est préférable de le déguster à température ambiante, en le sirotant lentement pour en savourer les saveurs et les arômes nuancés. Certains connaisseurs préfèrent servir l'Armagnac millésimé avec quelques gouttes d'eau, ce qui permet d'ouvrir les arômes et de les rendre plus accessibles.

Un Armagnac millésimé doit être dégusté et apprécié lentement. Il ne s'agit généralement pas de spiritueux destinés à être utilisés dans des cocktails ou d'autres boissons longues.

Blanche Armagnac AOC

Blanche Armagnac A.O.C (Appellation d'Origine Contrôlée), est une eau-de-vie traditionnelle et une classification d'âge relativement nouvelle de l'Armagnac qui a reçu une autorisation officielle en 2005.

Elle est née d'une volonté des producteurs qui avaient l'habitude de garder une partie de leur eau-de-vie fraîchement distillée pour leurs réserves personnelles.

La Blanche Armagnac suit les mêmes méthodes d'élaboration que l'Armagnac, mais au lieu de garder une couleur ambrée, c'est une eau-de-vie blanche pleine de fraîcheur.

Des méthodes spécifiques de vinification et de sélection du distillat lui assurent des arômes particulièrement floraux et fruités.

Ainsi, afin de préserver ses arômes et son aspect cristallin, il est mis dans des contenants inertes.

Enfin, fait unique dans le monde des AOC, les eaux-de-vie sont contrôlées par lot, afin de garantir leur qualité avant commercialisation, faisant de la Blanche Armagnac AOC un produit technique répondant à des normes de qualité strictes.

Quel est le goût de l'Armagnac ?

L'eau-de-vie a un arôme distinct de fruits secs, d'épices et un soupçon de fumée, avec un corps doux et velouté. L'Armagnac est un spiritueux pas comme les autres, dont le profil de saveurs unique ne manquera pas de captiver votre palais.

photo copyright par L'Encantada

Doté d'une palette aromatique capable de révéler une centaine de saveurs, l'Armagnac présente une réelle diversité de profils gustatifs, car c'est au cours du processus de maturation en chêne que se produit son évolution aromatique. L'Armagnac jeune est chaud et présente un bouquet floral et fruité, parfois même végétal.

Les armagnacs plus âgés gagnent en texture et conservent des arômes de pâtisserie, puis de fruits confits, avec des notes boisées et épicées. Enfin, les fruits secs et le rancio sont les caractéristiques gustatives des armagnacs toujours âgés de plus de 20 ans, tandis que les notes de cuir, de fourrure, de truffe, de pierre à fusil, de madère et de xérès sont des arômes particulièrement appréciés des connaisseurs.

Comment déguster l'Armagnac

L'Armagnac est souvent apprécié en tant que "digestif" après le dîner, et est le plus souvent servi pur ou avec des glaçons.

Il peut également être utilisé dans les cocktails ou comme composant dans les recettes de cuisine et de pâtisserie.

Avec son profil aromatique unique et savoureux, l'Armagnac est apprécié par les mixologistes et les chefs du monde entier. Sa saveur riche et complexe et son long processus de vieillissement en font une boisson vraiment spéciale et mémorable qui rehausse les concoctions de boissons créatives et les plats exquis.

photo copyright par L'Encantada

Bouteilles d'Armagnac dans notre boutique en ligne

Liquides à base d'Armagnac ou d'Eau de Vie de Gascogne

L'Armagnac n'est pas seulement apprécié en tant que tel, mais il sert également de base à de nombreuses autres boissons et produits alimentaires exquis.

Bienvenue dans le monde merveilleux de l'armagnac et de ses délicieux produits à base d'armagnac.

L'armagnac, une eau-de-vie distillée dans le sud-ouest de la France, n'est pas seulement apprécié en tant que tel, il sert également de base à de nombreuses autres boissons et produits alimentaires exquis. Voici quelques-uns des produits fantastiques à base d'armagnac que vous voudrez peut-être découvrir.

Tout d'abord, parlons de la rafraîchissante Blanche Armagnac, une eau-de-vie limpide généralement élaborée à partir de Folle Blanche, d'Ugni Blanc ou de Colombard. Il est préférable de la servir glacée, ce qui met en valeur la texture de ce jeune spiritueux. Vous pouvez le déguster comme un purificateur de palais entre les plats ou l'associer à du saumon fumé, de la charcuterie délicate ou du caviar. Un autre produit populaire à base d'armagnac est le Floc de Gascogne, un apéritif sucré obtenu en combinant trois parts de jus de raisin non fermenté avec une part d'armagnac vieilli pendant au moins un an.

Lefloc est à l'armagnac ce que le pineau des Charentes est au cognac. Le floc existe en version rouge et blanche et est servi frais comme un apéritif rafraîchissant avec des noix, du foie gras, du fromage ou une salade de fruits.

Le vin de pêche est un apéritif local dans la région de l'armagnac :

Fabriqué à la maison et généralement conservé dans les bouteilles restantes, il offre un goût légèrement amer et constitue un choix idéal avant un repas. Il est obtenu en faisant macérer des feuilles de pêcher dans de l'armagnac pendant une semaine, en filtrant l'armagnac des feuilles et en le mélangeant avec de gros morceaux de sucre, du vin rouge et de l'eau-de-vie d'armagnac ou de l'armagnac 3 étoiles. Le vin de pêche peut être mis en bouteille et laissé au frais pendant une semaine ou deux avant d'être servi. On peut également utiliser des feuilles de noyer pour obtenir un délicieux vin de noix.

Si vous avez un faible pour les sucreries, vous devez absolument goûter les Crèmes à l'Armagnac, une délicieuse liqueur à base d'eau-de-vie d'Armagnac. Les producteurs d'Armagnac créent la Crème de cassis et la Crème demûres, qui peuvent être ajoutées au vin blanc, au vin mousseux et même au sorbet.

LaBelle Sandrine, un produit à 32 degrés d'alcool composé d'un mélange de jus de fruits de la passion et d'armagnac, a été créée par la société Gerland, à Villeneuve-de-Marsan, qui appartient à Cognac.

D'un goût similaire à celui de l'Alizé, cette liqueur offre une saveur unique et a conquis un public fidèle.

Bagheero, une autre liqueur à base d'armagnac, a été créée par la société Sempé. Le mélange de jus de fruits de la passion et d'armagnac lui donne un goût de punch tropical, et elle est devenue un choix populaire pour ceux qui recherchent un ingrédient unique et fruité pour leurs cocktails.

LaGrande Passion, une liqueur à base d'armagnac, a été créée par le négociant bordelais Michel Roux au début des années 1980.

Avec un goût unique rappelant la pêche, la liqueur a été commercialisée aux États-Unis pour concurrencer le Cointreau et le Grand Marnier. Malgré son succès initial, les ventes ont commencé à diminuer et le produit a finalement été conditionné dans une boîte métallique en forme de cœur dans un ultime effort pour augmenter les ventes. Cette stratégie ayant échoué, la production de La Grande Passion a été interrompue.

Cocktails et mélanges de boissons à l'Armagnac

Les cocktails à l'armagnac sont un must pour tous les amateurs de spiritueux à la recherche d'une version unique des recettes classiques

Soda à l'Armagnac

L'Armagnac Soda est un cocktail simple mais classique qui met en valeur la saveur unique de l'Armagnac. Pour préparer ce cocktail, vous aurez besoin d'1/3 d'Armagnac VSOP et de 2/3 de club soda. Remplissez un verre de glace et versez-y l'Armagnac. Complétez avec le club soda et servez.

Beverly Hills

Vient ensuite le Beverly Hills, un mélange de sucre, d'amers et d'Armagnac. Commencez par préparer cette boisson dans un verre à whisky ou un verre à glace à température ambiante. Ensuite, saturez un morceau de sucre d'amers, ajoutez une cuillère à soupe d'eau gazeuse et mélangez pour créer une pâte légèrement granuleuse. Enfin, ajoutez l'Armagnac et la boule de glace et remuez doucement 15 à 20 fois.

Armagnac et jus d'orange sanguine

L'Armagnac au jus d'orange sanguine est un cocktail rafraîchissant et légèrement acidulé qui met en valeur les saveurs fruitées de l'Armagnac. Pour préparer ce cocktail, vous aurez besoin de 20 % d'Armagnac VSOP, de 20 % de club soda et de 60 % de jus d'orange sanguine. Mélangez tous les ingrédients dans un verre avec de la glace et servez bien frais.

Tom Collins

Pour un cocktail d'été rafraîchissant, essayez le Tom Collins. Mélangez 45 ml d'Armagnac, 40 ml de jus de citron et 20 ml de sirop simple dans un shaker avec de la glace. Filtrez dans un verre highball et remplissez-le de club soda selon votre goût. Décorez d'une roue de citron et d'une cerise brandie.

Sidecar

Le Sidecar est un cocktail classique qui a été introduit dans les années 1920 au Ritz de Paris. Il se marie bien avec le jus de citron et le triple sec. Pour préparer ce cocktail, mélangez 40 ml d'Armagnac, 30 ml de Triple Sec / Cointreau, 15 ml de jus de citron et 1 zeste de citron avec de la glace. Filtrer le mélange dans un verre à coupe bien réfrigéré et ajouter un zeste de citron en guise de garniture.

Plantignac

Le Plantignac est un cocktail fruité et rafraîchissant à base de Blanche (eau-de-vie), de jus de citron, de sirop de fraise, de jus de goyave, de jus d'ananas, de Floc de Gascogne et d'une pincée de cannelle. Pour préparer ce cocktail, mélanger tous les ingrédients dans un shaker avec de la glace et bien agiter. Filtrer dans un verre rempli de glace et décorer d'une tranche de fruit.

Negroni français

Pour une version unique du Negroni classique, essayez le Negroni français. Mélangez 30 ml d'Armagnac, 30 ml de Campari et 30 ml de vermouth dans un verre tumbler et remuez avec de la glace jusqu'à ce qu'il soit bien frais. Décorez avec un zeste d'orange.

Après tout

Pour un cocktail dessert, essayez le After All. Mélangez 0,5 oz de jus de citron frais, 1 oz de liqueur de pêche et 1,5 oz d'Armagnac avec de la glace et filtrez dans un verre à coupe réfrigéré.

Vieux Carré

Le Vieux Carré est un classique de la Nouvelle-Orléans qui allie gourmandise et rondeur. L'Armagnac donne de la personnalité à cette création. Pour préparer ce cocktail, il suffit de mélanger 40 ml (1¼ Oz) d'Armagnac, 40 ml (1¼ Oz) de Rye Whiskey, 40 ml (1¼ Oz) de Sweet Vermouth, 1 cuillère à café de Bénédictine, 2 traits de Peychaud's Bitters, et 2 traits d'Angostura Bitters dans un verre tumbler. Bien remuer avant d'ajouter des glaçons.

Cocktail d'Artagnan

Pour un cocktail au champagne, essayez le cocktail d'Artagnan. Mélangez 15 ml d'Armagnac, 15 ml de Grand Marnier, 60 ml de jus d'orange et 7 ml de sirop simple avec de la glace et filtrez dans un verre à champagne bien frais. Complétez avec du champagne brut selon votre goût.

Smash au brandy

Si vous souhaitez mettre en valeur toute la saveur de l'Armagnac, essayez le Brandy Smash. Mélangez 50 ml d'Armagnac, 20 ml de sirop de sucre, 4 feuilles de menthe et 2 quartiers de citron avec de la glace et filtrez dans un verre rempli de glace pilée. Décorez avec des feuilles de menthe et des quartiers de citron.

Révélateur de cadavre N°1

Le Corpse Reviver N°1 est un cocktail classique datant d'avant la prohibition qui était censé guérir la gueule de bois. Il se compose de 30 ml d'armagnac, 30 ml de calvados, 15 ml de vermouth doux et d'écorces d'orange. Il suffit de mélanger les ingrédients avec de la glace et de les filtrer dans un verre à cocktail bien frais. Décorez avec un zeste d'orange.

Continental Sour

Le Continental Sour est un cocktail doux et fruité qui s'inspire du New York Sour. Il utilise de l'Armagnac à la place du whisky. Pour préparer ce cocktail, mélangez 40 ml d'Armagnac, 20 ml de blanc d'œuf, 20 ml de sirop de sucre, 15 ml de jus de citron et 10 ml de vin rouge avec de la glace. Filtrez le mélange dans un verre rempli de glace et versez doucement le vin rouge pour qu'il se sépare en haut.

Armagnac Sour

L'Armagnac Sour est un cocktail acidulé classique, rafraîchissant et légèrement sucré, avec un soupçon de la saveur unique de l'Armagnac. Pour préparer ce cocktail, vous aurez besoin de 1/4 d'Armagnac VSOP, du jus d'un demi-citron, de deux traits de sirop de sucre et de 3/4 de club soda. Mettez de la glace dans un shaker et mélangez tous les ingrédients à l'exception du club soda. Bien secouer et filtrer dans un verre rempli de glace. Compléter avec du club soda et servir.

Tignac

Le Tignac est un cocktail simple mais délicieux à base de Blanche (eau-de-vie), de sirop de sucre, de jus de citron vert et de glaçons. Pour préparer ce cocktail, ajoutez l'Armagnac, le sirop de sucre et le jus de citron vert dans un verre rempli de glaçons. Remuez bien et servez. Quel que soit le cocktail à l'armagnac que vous choisirez de préparer, la saveur riche et fruitée de cette eau-de-vie ajoutera à coup sûr une touche unique à n'importe quelle recette. Alors pourquoi ne pas en essayer un aujourd'hui et découvrir les saveurs douces et complexes de l'Armagnac !

Avec quoi l'Armagnac se marie-t-il ?

Des accords mets-vins aux cigares

Accords mets-vins

Lorsqu'il s'agit de trouver l'accord parfait entre l'Armagnac et un plat, les possibilités sont infinies. La complexité unique de cette eau-de-vie française distincte en fait un spiritueux polyvalent et passionnant à associer à toute une série d'aliments, des fruits de mer à la charcuterie, des fruits au fromage, et même au café. Les fruits de mer constituent un excellent accord avec l'armagnac. Un Armagnac léger et fruité, avec des notes boisées douces, s'accorde particulièrement bien avec les poissons et les fruits de mer. Certains préfèrent l'Armagnac frais pour ce type d'accord. Le caviar et l'armagnac se marient également à merveille, surtout lorsque l'armagnac a un profil fruité et vanillé.

Les vieux armagnacs millésimés se marient à merveille avec le homard bien cuit et les épices. Les huîtres, avec leur profil aromatique distinct de concombre, de melon et de sel de mer, se marient bien avec une Blanche Armagnac croustillante et minérale. Lorsqu'il s'agit de viande et de charcuterie, l'Armagnac est l'accompagnement parfait pour aider à couper le gras. Un Armagnac longuement vieilli se marie parfaitement avec les viandes aromatiques, telles que le canard de Pékin, le pigeon ou le bœuf mature. Le jambon sec, comme le jambon de Bayonne ou le jambon de Parme, se marie à merveille avec l'Armagnac et constitue une excellente option pour l'apéritif.

Pour les végétariens, l'Armagnac XO se marie bien avec les fruits et les légumes qui présentent une variété de saveurs, de la douceur à l'amertume. Les champignons shiitake sont une agréable surprise avec l'Armagnac, car leurs notes umami créent un accord délicieux et inattendu. La purée de carottes est un accompagnement polyvalent et universel de l'Armagnac, complétant le profil de saveur distinct.

Le café est l'un des accords les plus surprenants de l'Armagnac. Le processus de vieillissement unique de l'Armagnac, avec ses notes de bois, de grillé, de toasté, de fumé, de café et de cacao, s'associe parfaitement aux arômes du café.

Un vieil Armagnac aux arômes délicats s'accorde parfaitement avec un café kenyan délicat, tandis qu'un Armagnac jeune et vibrant s'accorde parfaitement avec un café éthiopien puissant. Enfin, il convient de mentionner le mariage classique de l'Armagnac avec le fromage.

Les Armagnacs jeunes et fruités se marient parfaitement avec les fromages doux, tandis que les Armagnacs plus vieux et plus boisés se marient harmonieusement avec les fromages affinés. Le roquefort complète les douces notes vanillées de l'armagnac et crée un excellent contraste avec son caractère salé et piquant typique. Les comtés et les goudas affinés s'accordent également très bien avec les fromages.

Bien qu'il existe des règles strictes, un peu d'expérimentation et une attitude audacieuse peuvent donner lieu à de merveilleuses associations.

Cigares et Armagnac

L'armagnac et les cigares sont une combinaison parfaite pour ceux qui recherchent une expérience luxueuse. Cette association naturelle est appréciée par les fumeurs de cigares en France depuis de nombreuses années et s'est maintenant imposée sur la scène internationale. Lorsqu'il s'agit d'associer les cigares à l'Armagnac, le type de cigare est un facteur essentiel à prendre en considération.

Dans le monde du tabac, les cigares sont généralement divisés en trois catégories de puissance: douce, modérée et vigoureuse.

Les cigares doux sont connus pour leur goût velouté et lisse, et possèdent un profil de saveur discret qui est agréable sur la langue. Parmi les exemples de cigares doux, citons Macanudo, La Flor Domenicana, Royal Jamaican et Majestic.

Les cigaresmi-corsés, en revanche, sont un peu plus complexes et savoureux que leurs homologues doux, et présentent un équilibre entre puissance et subtilité. Ces cigares peuvent présenter des éléments épicés ou des arômes boisés, sans être trop puissants. Hamilton, Gloria Cubana, Davidoff et Romeo y Julieta sont des exemples de cigares moyennement corsés.

Les cigarespuissants, ou vigoureux, sont la variété de cigares la plus puissante, avec un profil de saveur corsé et multiforme qui peut être écrasant pour certains. Ces cigares sont souvent caractérisés par de fortes notes d'épices, de cuir ou de bois, et ne sont pas recommandés aux amateurs de cigares débutants. Parmi les cigares puissants, on peut citer Partagas, Montecristo, Cohiba et Punch.